Suivez mes commentaires sur l'actualité de la justice et des barreaux

  • En cause Alfred Dreyfus contre La légion du déshonneur

    En cause de Alfred Dreyfus contre La légion du déshonneur, par Roger Lorent et Christian Jassogne, UMons, CIPA, 2015, 252 p., 10 € (à commander par courriel à CIPA@umons.ac.be).

    « Aucun de nous ne peut dire qu’il n’y aura plus d’affaire Dreyfus… Parce que nous devons être à chaque instant sur le qui-vive, restons perpétuellement méfiants. Écartons les apparences, discutons les évidences, récusons les bonnes consciences. C’est parce que l’erreur est la compagne invisible et obstinée de la justice que je me suis attardé … dans l’ombre discrète d’un forçat qui était innocent ».

    « Si le milieu professionnel en charge d’une enquête est trop homogène, le risque de la pensée unique transformant une hypothèse en présomption puis en conviction, est important et celui qui se place à contre-courant traverse inévitablement des moments difficiles… ».

    Au moment où j’écris ces lignes, s’ouvre à Istanbul le procès d’Asli Erdogan, à Pékin celui de Jiang Tianyong, à Bujumbura celui de nos confrères Armel Niyongere, Lambert Nigarura, Dieudonné Bashirahishize et Vitale Nshimirimana. Et Ali Shariati et Arash Sadegi, deux pacifistes iraniens, en sont à leurs 70e et 62e jours de grève de la faim dans leurs geôles. Tout comme Raif Badawi en Arabie Saoudite. Quelques noms parmi, malheureusement, beaucoup d’autres…

  • #Advocaat / Avocat

    #Advocaat – Avocat, sous la direction de Jean-Pierre Buyle et Dominique Matthys, Larcier, 2016, 366 p., 75 €.

    « La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent ».

    Cette phrase est d’Albert Camus. Et ce sont François Glansdorff et Jean-Marie Defourny, les deux premiers présidents d’AVOCATS.BE, qui nous l’offrent, comme une devise.

    Pour les 15 ans des Ordres communautaires, Jean-Pierre Buyle et Dominique Matthys nous livrent ce que l’on peut appeler un « beau livre », enrichi par de nombreuses photographies et reproductions de documents d’époque.

    Pour lire la suite de cette recension,

  • Le prix des droits de l'homme 2016 du CCBE à quatre avocats turcs

    J'ai eu le plaisir de remettre à la veuve du bâtonnier Tahir Elçi et à Maître Ayse Bingöl Demir, le prix des droits de l'homme 2016 du CCBE.

    Ce prix honore également Maîtres Ayse Açinikli et Ramazan Demir, qui, sous le coup d'une interdiction de quitter le pays, n'ont pu se rendre à Bruxelles pour le recevoir.

     

    Pour plus de détails : http://www.ccbe.eu/fileadmin/speciality_distribution/public/documents/HU...

  • Procédure sauvage, par Vincent Malacor

    Procédure sauvage, par Vincent Malacor, éditions Thomas Mols, 2008, 178 p., 18,5€.

    « Voici qu'on prétend sauver la démocratie en bannissant des mots. Des zones de pensée sont désormais interdites, des convictions prohibées. La liste des idées politiquement correctes se réduira bientôt aux seules fonctions alimentaires. Puis, un beau matin ce sera le silence. Un silence cloué sur les portes d'un parlement désert, tous les mots occultés, les rouages du pouvoir soudés dans les ténèbres ».

    Voici quelques-unes des phrases (aphorismes ?) qui émaillent ce « simple petit polar » écrit par Vincent Malacor, alias Vincent Van den Bosch, avocat bruxellois né à Anvers en 1938, décédé en 2009, quelques mois après sa parution.

    C'est dire qu'au-delà de cette histoire, aux traits parfois un peu forcés, de la journée d'un avocat décidé, contre toute raison, à défier la raison d'Etat, il y a une réflexion puissante sur la fonction de l'Etat, de la justice, de la vérité, une remarquable mise en contexte des rôles des juges et des avocats.

    C'est écrit avec une grande élégance, un extraordinaire sens de la formule. Mais aussi nourri d'expérience. En faut-il plus pour qu’un bouquin rende autant de plaisir ?

    Et, finalement, qui sait s'il n'y a pas dans cette histoire sincère plus de vérité que l'auteur lui-même ne le croyait.

  • Burundi : AVOCATS.BE intervient à nouveau en soutien de 4 avocats menacés de radiation

    Maîtres Armel Nyongere, Lambert Nigarura, Dieudonné Bashirahishize et Vitale Nshimirimana font l'objet d'une demande de radiation introduite par le Procureur général de Bujumbura auprès du même barreau. Le Conseil de l'Ordre de Bujumbura l'a rejetée. Appel a été introduit. AVOCATS.BE soutient ces avocats qui sont inquiétés parce qu'ils ont répondu aux questions du Comité contre la torture de l'ONU sur les exactions en cours au Burundi.

  • L'avocat est un homme libre

    « L’avocat est un homme libre » (Michel Franchimont, 2 avril 2004)

    Le 13 mai 1987, alors que Michel Franchimont s’apprêtait à prendre ses fonctions de bâtonnier, la Cour de cassation admettait, pour la première fois, que l’état de nécessité pouvait justifier qu’il soit fait exception au secret professionnel, en cas de péril grave, imminent et irrésistible. Depuis, cette théorie a été consacrée par l’article 458bis du Code pénal qui visait d’abord à permettre la dénonciation de faits constituant un péril grave pour la santé physique ou psychique de mineurs et dont le champs a ensuite été étendu à l’ensemble des personnes dites « vulnérables ». Aujourd’hui, une proposition de loi a pour objet d’introduire un article 458ter permettant la dénonciation d’actes à visées terroristes.

Pages