La presse en parle...

  • Témoins à charge, par Jean-Michel Lambert

    Témoins à charge, par Jean-Michel Lambert, De Borée, Marge noire, 2017, 346 p., 19,90 €.

    « Maintenant, tu sais tout. J’ai trahi tous les idéaux et valeurs auxquels j’étais attaché. J’espère que tu penseras à moi quand tu te battras pour aller au-delà des apparences et vérités judiciaires. Adieu ».

    « Madame Bovary, c’est moi ».

    Est-ce bien le bâtonnier Paul Luguaire, associé de Guillaume Tirel, avocat pénaliste manceau dans la force de l’âge, qui prononce ces paroles définitives ? N’est-ce pas plutôt Jean-Michel Lambert lui-même ?

    pour la suite de cet article : https://gallery.mailchimp.com/d552fd66716b81b8fb8f922cc/files/7e009802-b...

  • L'avocat demain : un plan pour la modernisation de la profession d'avocat

    Patrick Henry et Patrick Hofströssler relèvent le défi de dessiner les traits de la profession d'avocat de demain.

    Ils ont mission de rédiger un plan sur l'avenir de la profession, visant une plus grande excellence, tout en conservant ses caractéristiques essentielles telles que l'indépendance.

    Si vous avez des suggestions à leur faire, n'hésitez pas à les transmettre par e-mail à avocatdemain@just.fgov.be.

    http://www.avocatsnet.be/videos/lavocat-de-demain-patrick-henry-et-patri...

  • Dans les prétoires, sur les marches du prétoire, hors du prétoire : la liberté d'expression de l'avocat

    Jean-Pierre Buyle et moi commentons l'arrêt Morice de la Cour européenne des droits de l'homme, prononcé le 23 avril 2015.

    Nous faisons le point sur les différents aspects de la liberté d'expression de l'avocat.

    Cet article a été publié dans la Revue critique de jurisprudence belge, 2017, pp 5 - 67. 

  • L'intelligence artificielle : les avocats en ont besoin

    L'intelligence artificielle : les avocats en ont besoin, in Anwalts revue de l'avocat, juillet 2017, pp.  286-288.

    Le texte de la conférence que j'ai prononcée à Lucerne, le 15 juin 2017, à l'occasion du Congrès de la Fédération Suisse des Avocats, tel qu'il est publié dans la Anwalts revue de l'avocat.

    La seule façon de ne pas être dominé par les intelligences artificielles, c'est de dominer les intelligences artificielles ...

  • Les francs-maçons sous l'occupation, par Emmanuel Pierrat

    Les francs-maçons sous l’occupation, entre résistance et collaboration, par Emmanuel Pierrat, Albin-Michel, 2016, 365 p., 24,70 €.

    « Monsieur le Bâtonnier,

    Je suis appelé. Je vais probablement mourir. Je suis venu ici comme avocat. Je mourrai, j’espère dignement, pour ma Patrie, ma Foi et mon Ordre.

    Dites à mes confrères que je les remercie des honneurs qui ont accompagné ma vie professionnelle.

    J’en emporte une juste fierté.

    Je vous recommande mon fils.

    Je finirai en soldat de la France et du droit que j’ai toujours été ».

    Pierre Masse était sénateur, avocat, fils d’avocat, petit-fils de bâtonnier. Son frère est mort au champ d’honneur en 1916, comme son gendre et son neveu, en 1940.

    Mais il était aussi juif. Il est mort à Auschwitz, après avoir été arrêté le 21 août 1941, dans une des rafles qui précédèrent celle, tristement célèbre, du Vel d’hiv’.

    C’est du camp de Drancy qu’il écrit cette dernière lettre. Il mourra debout, comme combien de ses compatriotes.

    Emmanuel Pierrat nous livre son portrait, son histoire, ainsi que celles de dix autres acteurs de cette horrible guerre. Ils sont tous liés à la franc-maçonnerie, soit qu’ils la combattirent, soit qu’ils la servirent. Les régimes nazi et vichyste tentèrent en effet de l’éradiquer. Il leur fallait abattre le « complot judéo-maçonnique » …

  • L'avocat demain : un plan pour la modernisation de notre profession

    Monsieur Koen Geens, ministre de la justice vient de nous faire l'honneur, à Patrick Hofströssler et à moi, de nous confier la tâche de rédiger un plan pour la modernisation de la profession d'avocat, sous le titre "L'avocat demain".

    Dans ce bref article, nous présentons notre mission.

    http://mailchi.mp/avocats/sans-jamais-toujours-savoir-ce-qui-est-hasard-...

  • Crime d'innocence, par Antoinette Chahine

    Crime d’innocence, par Antoinette Chahine, Editions Dar An-Nahar, 2007, 136 p., 13€.

     

    « Je livre ce témoignage comme une goutte d’eau à la mer. Puisse-t-il donner courage à ceux qui n’espèrent plus. Puisse-t-il servir à changer les mentalités dénaturées dans ce pays que la guerre broie encore en sourdine, où l’on frappe pour un oui, pour un non, où l’on torture encore en secret, où l’intolérance n’a pas encore fini de faire ses ravages. Puisse-t-il permettre à mes enfants Joya et Rawad de vivre des jours meilleurs. Les souffrances de leur mère en seraient merveilleusement justifiées ».

    1994. Antoinette Chahine a 22 ans. Elle est étudiante en droit à l’Université de Beyrouth. Elle est la benjamine d’une famille chrétienne qui comprend huit enfants. Ils vivent à Kfarhabida, un petit village au nord de Beyrouth. Son frère Michel, de vingt et un ans son aîné, a été tué quelques années plus tôt. Il était gendarme. Depuis, bien sûr, ses frères Antoine et Jean militent au sein de leur communauté, dans un pays où la guerre n’a de cesse. Les accords de Taëf ont impliqué la dissolution des milices. Jean est donc devenu hors-la-loi. Il s’est exilé en Australie.

  • Le secret, c'est le droit au droit

    Le secret, c’est le droit au droit

    Il faut n’avoir jamais eu en face de soi un client, qu’il soit MENA, PDG ou PEP (on ne dit plus VIP, sauf erreur), et avoir passé des heures à reconstituer avec lui ce qu’il a fait, pourquoi, pour quoi, avec qui, quand, comment, …, pour ne pas comprendre qu’une véritable justice est inconciliable avec le tout à la transparence, que le conciliabule secret entre l’avocat et son client est la condition indispensable d’une défense efficace.

    C’est en cela que le secret professionnel de l’avocat, tout comme d’ailleurs, dans des mesures qui varient néanmoins, celui du médecin, du psychologue ou du travailleur social, est une garantie indispensable dans notre système juridique. Car sans ce secret qui fonde une confiance indispensable entre l’avocat et son client, le travail du premier en faveur du second est nécessairement tronqué. C’est en ce sens que le secret professionnel de l’avocat est le droit au droit , à l’accès à la justice.

    Il est donc du devoir des Ordres de défendre le secret face à toutes les attaques qu’il subit aujourd’hui au nom de la lutte contre le terrorisme, le grand banditisme, le blanchiment de capitaux, la fraude fiscale, au nom de la protection des personnes vulnérables ou du bon fonctionnement d’institutions comme l’aide juridique ou la sécurité sociale.

  • Jacques Henry (1927-1987)

    Jacques Henry, un souffle qui nous porte depuis 30 ans

    Le 1er avril 1987, le bâtonnier Jacques Henry était tué lors d'une fusillade au Palais de justice de Liège.

    Trente ans après, les avocats se souviennent. Le 29 mars 2017, un cérémonie d'hommage a eu lieu au Palais de Justice. Deux jours plus tard, la J.L.M.B. lui dédiait un numéro spécial, consacré au droit de la jeunesse.

    Les textes publiés en ces deux occasions sont reproduits dans la brochure annexée. Nous les devons aux plumes de François Dembour, bâtonnier du barreau de Liège, Michel Mersch, ancien bâtonnier du barreau de Liège, associé de Jacques Henry, Pierre Defourny, conseiller à la Cour d'appel de Liège, qui fut son dernier stagiaire, Jean-Pierre Buyle, président d'AVOCATS.BE, Dominique Matthys, président de l'O.V.B., Michel Van Doosselaere, qui était bâtonnier du barreau de Bruxelles en même temps que Jacques Henry l'était à Liège, Eric Lemmens, ancien bâtonnier du barerau de Liège, qui était à ses côtés lors de la fusillade, Patrick Henry, rédacteur en chef de la J.L.M.B., Cécile Delbrouck et Malvine Chapelle, ancienne présidente et présidente de la Commission jeunesse du barreau de Liège, et Françoise Tulkens, ancienne vice-présidente de la Cour européenne des droits de l'homme.   

Pages